Saut de l'Ange

Get Adobe Flash player

Acte de consécration à l’immaculée

de Saint Maximilien Marie Kolbe

Daigne recevoir ma louange, ô Vierge bénie,
Immaculée Conception, Reine du ciel et de la terre,
Refuge des pécheurs et Mère très aimante
À qui Dieu voulut confier tout l’ordre de la miséricorde.
Me voici à tes pieds.
Moi …pauvre pécheur.
Je t’en supplie, accepte mon être tout entier
Comme ton bien et ta propriété.
Agis en moi selon ta volonté, en mon âme et mon corps,
En ma vie et ma mort et mon éternité.
Dispose avant tout de moi comme tu le désires
Pour que se réalise enfin ce qui est dit de toi:
La femme écrasera la tête du serpent.
Et aussi:
Toi seule vaincras les hérésies dans le monde entier.
Qu’en tes mains immaculées si riches de miséricorde,
Je devienne un instrument de ton amour,
Capable de ranimer et d’épanouir pleinement
Tant d’âmes tièdes ou égarées.
Ainsi, s’étendra sans fin le Règne du Coeur divin de Jésus.
Vraiment ta seule présence attire les grâces
Qui convertissent et sanctifient les âmes
Puisque la grâce jaillit du Coeur divin de Jésus
Sur nous tous en passant par tes mains maternelles.

Saint Maximilien Marie Kolbe

Rajmund Kolbe, plus connu sous son nom de consécration Maximilien Kolbe, né le 8 janvier 1894 à Zduńska Wola et mort le 14 août 1941 à Auschwitz, est un frère franciscain conventuel polonais, prêtre, fondateur de la Mission de l’Immaculée.

Après avoir été arrêté par la Gestapo, il est détenu dans le camp de concentration d’Auschwitz, où il s’offre de mourir à la place d’un père de famille, Franciszek Gajowniczek. Les nazis le font exécuter au moyen d’une injection de phénol.

Canonisé en 1982 par le pape Jean-Paul II, il est vénéré dans l’Église catholique sous le nom de « saint Maximilien Kolbe » et liturgiquement commémoré le 14 août.

Jeunesse

Rajmund Kolbe naît en 1894 en Pologne. Ses deux parents, Julius Kolbe et Maria Dąbrowska sont tous les deux tisserands et tertiaires franciscains. Le ère participe à la légion polonaise de l’indépendantiste Józef Piłsudski en 1914. Agacée par le caractère turbulent de son second fils, sa mère lui aurait demandé un jour ce qu’il deviendra plus tard.

Profondément interpellé par cette question, Maximilien se serait alors adressé directement à la Vierge Marie. C’est alors qu’il aurait eu une vision de la Vierge de Częstochowa qui, en guise de réponse, lui proposa deux couronnes :

  • une blanche pour la pureté
  • une rouge pour le martyre.

Elle lui demanda de choisir et il accepta les deux et s’engagea à devenir chaque jour meilleur.

Alors qu’étudiant, il se pose la question du sacerdoce, il voit des franciscains passer dans sa ville. Il les suit et devient prêtre franciscain conventuel. Entré au noviciat des Franciscains conventuels en 1907, il prononce alors ses premiers vœux, puis ses vœux définitifs à la Toussaint 1914. Il est alors envoyé à Rome pour son noviciat et est ordonné prêtre le 28 avril 19182. Il passe un doctorat en philosophie en 1915 et un doctorat en théologie en 1919, à l’Université pontificale grégorienne.

Sacerdoce

En 1917, à Rome, il fonde la Mission de l’Immaculée (M.I.) : spiritualité fondée sur le don total à l’Immaculée conception pour devenir un instrument entre ses mains. Le nom latin est Militia Immaculatae, soit Armée de l’Immaculée. L’idéologie (hors spiritualité) en est complexe, en cette période troublée (anticommunisme, antisionisme, antimaçonnisme). Il en crée en janvier 1922 le journal, Le Chevalier de l’Immaculée (* Rycerz Niepokalanej (en)), Miles Immaculatae : chevalier ou soldat ou milicien, selon la traduction retenue.

En août 1927, il fonde Niepokalanow, « la cité de l’Immaculée », à environ 40 kilomètres de Varsovie, qui comptera jusqu’à près de 800 religieux. Il y met en place une maison d’édition et une station de radio (il était lui-même radioamateur sous l’indicatif SP3RN), toutes deux destinées à promouvoir la vénération de la Vierge Marie, tout particulièrement dans le mystère de l’Immaculée Conception.

En 1930, il vit le même apostolat au Japon avec quatre frères, où, en 1931, il fonde une autre Cité de Marie près de Nagasaki. Le couvent est construit sur une colline, le dos tourné à la ville. À l’étonnement de tous, il est le seul bâtiment resté debout lors de l’explosion de la bombe atomique en 1945, protégé par la montagne.

Deux ans plus tard, il part aux Indes britanniques avec la même mission, sur la côte malabare (Kerala ou Karnataka), en 1932, avec un moindre succès.

Il revient en Pologne en 1935 ou 1936, et y fonde et imprime un quotidien catholique Mały Dziennik (Le Petit Journal), à Niepokalanów, en alliance avec le parti d’extrême-droite National Radical Camp (en) (Obóz Narodowo-Radykalny, ONR).

Camp d’Auschwitz

Le 17 février 1941, il est arrêté par la Gestapo et violemment battu. Le 28 mai, il est transféré vers le camp d’Auschwitz, sous le matricule 16670. En juillet 1941, un prisonnier du bloc 14, où se trouve le père Kolbe, parvient à s’échapper. Selon la politique suivie au camp d’Auschwitz, en représailles de chaque évasion, dix autres prisonniers sont condamnés à mourir de faim. Les nazis sélectionnent ainsi dix hommes du même bloc, dont Franciszek Gajowniczek, père de famille.

Maximilien Kolbe entend Gajowniczek s’écrier « Ma pauvre femme ! Mes pauvres enfants ! Que vont-ils devenir ? ». Le religieux propose alors de mourir à sa place. Ses paroles exactes ont été oubliées, mais selon une version couramment rapportée, elles auraient été : « Je suis un prêtre catholique de Pologne ; je voudrais prendre sa place, car il a une femme et des enfants ». Les nazis consentent à la substitution ; les dix prisonniers sont enfermés dans un bunker souterrain du camp à peine éclairé par des ouvertures étroites. Bien que la faim et la soif poussent les condamnés à la folie de s’entre-tuer après quelques jours seulement, le prêtre Maximilien réussit à faire régner le calme et la piété entre ses compagnons de cette tragédie au moyen de prières et d’oraisons.

Après trois semaines sans nourriture et sans eau, le père Kolbe demeure en vie après avoir vu mourir tous ses compagnons. La place venant à manquer, il est exécuté le 14 août 1941 d’une injection d’une dose léthale de phénol dans le bras par le kapo Hans Bock (de) (1901-1943), criminel récidiviste, chargé de l’exécution. Son corps est brûlé dans un four crématoire le lendemain, le 15 août.

Souvenirs et vénération

  • Le 10 octobre 1982, il a été canonisé comme martyr par le pape Jean-Paul II
  • Deux miracles attribués à son intercession
  • Statue de Maximilien Marie Kolbe en surplomb du portail occidental de l’abbaye de Westminster
  • Chapelle du Foyer de charité de Tressaint (Bretagne, Côtes-d’Armor) dédiée à saint Maximilien
  • Eglise Saint-Pierre de Corps-Nuds, au sud de Rennes (Bretagne, Ille-et-Vilaine), devenue l’église Saint-Maximilien-Kolbe
  • Chapelle consacrée à Saint-Maximilien-Kolbe à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) en bord de seine
  • Eglise Notre-Dame de Saint-Lô (Basse-Normandie, département de la Manche) dont le vitrail de Jean-Paul Froidevaux est consacré aux « Saints de notre temps » (1974) : Sainte Thérèse de Lisieux, Saint Jean XXIII, le bienheureux Charles de Foucauld et Saint Maximilien Kolbe
  • Statue « Hommage au Père Kolbe » Jean-Paul Emonds-Alt sur le parvis de l’Eglise Saint-François d’Assise à Louvain-la-Neuve (Belgique)

Prière à Jésus crucifié


O Jésus Crucifié,
je vous demande pardon
des péchés de ma tête,
qui vous ont couronné d’épines.
Faites-moi miséricorde
au nom de votre Sang Précieux
O Jésus Crucifié,
je vous demande pardon
des péchés de mes yeux,
qui vous ont verser tant de larmes.
Faites-moi miséricorde
au nom de votre Sang Précieux

O Jésus Crucifié,
je vous demande pardon
des péchés de ma bouche,
qui vous ont abreuvé
de fiel et de vinaigre.
Faites-moi miséricorde
au nom de votre Sang Précieux

O Jésus Crucifié,
je vous demande pardon
des péchés de mes mains
qui ont percé de gros clous
vos mains innocentes.
Faites-moi miséricorde
au nom de votre Sang Précieux

O Jésus Crucifié,
je vous demande pardon
des péchés de mes pieds,
qui ont percé les vôtres.
Faites-moi miséricorde
au nom de votre Sang Précieux

O Jésus Crucifié,
je vous demande pardon
des péchés de mon coeur,
qui, par la lance,
ont ouvert votre côté sacré.
Faites-moi miséricorde
au nom de votre Sang Précieux

O Jésus Crucifié,
je vous demande enfin pardon
des péchés de mon corps,
qui ont mis le vôtre en lambeaux!
Je vous demande pardon de tous
les péchés de mon âme,
qui ont plongé le vôtre
dans une agonie mortelle,
et qui ont causé
votre cruelle mort sur la Croix.

Pardon, ô mon doux Maître,
vous, la bonté même et l’amour infini!
Non, ne refusez pas le pardon
que je sollicite,
au nom de votre Mère bien-aimée
par toutes les souffrances
de votre sainte Passion
et les effusions de votre sang.
Désormais, tout souffrir,
mourir mille fois plutôt
que de vous offenser!
Miséricorde infinie,
divin Sauveur,
accordez-moi l’absolution de mes péchés.

Prière pour l’Eglise

Merci à Jérôme pour son intention de prière

Seigneur, nous te prions pour les chrétiens persécutés.
Montre-leur que leur peine peut contribuer au salut du monde.
Apprends-nous à les aider et à les aimer en prenant notre part de leur croix.
Nous te prions.

Seigneur, ton Eglise doit souvent défendre les valeurs de dignité, de justice et de paix.
Les déclarations du pape sont souvent interprétées de manière douteuse par nombre de média.
Nous te prions pour que les hommes, tous les hommes, soient bienveillants et accueillants
à une Parole d’amour et de paix.

Pour tous ceux à qui tu as donné des responsabilités dans ton Église et pour les missionnaires
que tu appelles aujourd’hui à annoncer ta Parole comme une « Bonne Nouvelle »…

Afin qu’ils exercent leur ministère à la manière de Jésus :
en SERVITEURS accueillants, mais aussi avec une fidélité sans concessions…
PERE, NOUS TE PRIONS.

Dans l’Église, beaucoup de chrétiens se découragent du manque de foi
de beaucoup de gens, des jeunes en particulier.
Que ta fidélité, Seigneur, change nos découragements
et nos manques de foi en germes d’espérance
pour bâtir l’Eglise d’aujourd’hui tournée vers l’avenir.
Nous te prions.

Pour les chrétiens qui échouent dans leurs efforts pour annoncer l’Evangile,
pour ceux qui sont persécutés encore de nos jours dans de nombreux pays,
pour que le Seigneur les illumine de sa joie et de sa tendresse,
prions ensemble.

Afin que le Seigneur suscite aussi hors de l’Eglise visible des ouvriers de son Royaume,
spécialement parmi les dirigeants qui ont la lourde responsabilité
de construire le monde de demain, prions le Seigneur.

Seigneur, il y a aujourd’hui en France moins de prêtres,
de religieux et religieuses que par le passé.
Prions pour que, parmi nous, il y ait des jeunes
qui choisissent de se mettre au service de la foi et de l’Eglise.
Prions aussi pour que des personnes acceptent d’accompagner
les enfants comme catéchistes.

Les scandales de pédophilie dans l’Eglise concerne de nombreuses victimes innocentes.
Pour que au sein de l’Institution et parmi les chrétiens,
le silence ne soit jamais un refuge
et que la vérité serve à la purification de l’Eglise
et à un renouveau de foi dans notre monde.

Médaille miraculeuse

Merci à Jérôme pour son intention de prière

Ô Marie, conçue sans pêché,
priez pour nous qui avons recours à Vous !

Ô Marie, conçue sans pêché,
priez pour Saint Pierre, Saint Paul, nos Anges,
la Faune, la Flore, le Monde Entier, les Saintes Âmes du Purgatoire,
les Elus, les Guides de lumière, les Gens de Foi, les Chrétiens

Ô Marie, conçue sans pêché,
priez pour nos Désaddictions

Amen

Acte de confiance en Dieu

Merci à Jérôme pour son intention de prière

Je suis si persuadé, mon Dieu, que vous veillez sur ceux qui espèrent en vous
Je suis si persuadé qu’on ne peut manquer de rien, quand on attend tout de vous,
que j’ai résolu de vivre à l’avenir sans aucun souci
et de me décharger sur vous de toutes mes inquiétudes.

Les hommes peuvent me dépouiller et des biens et de l’honneur ;
les maladies peuvent m’ôter les forces et les moyens de vous servir,
je puis même perdre votre grâce par le péché ;
mais jamais je ne perdrai mon espérance,
je la conserverai jusqu’au dernier moment de ma vie,
et tous les démons de l’enfer feront à ce moment de vains efforts pour me l’arracher.

Que les uns attendent leur bonheur, soit de leurs richesses soit de leurs talents ;
que les autres s’appuient ou sur l’innocence de leur vie ou sur la rigueur de leur pénitence,
ou sur le nombre de leurs aumônes, ou sur la ferveur de leur prière ;
pour moi, Seigneur, toute ma confiance, c’est ma confiance-même.

Cette confiance ne trompa jamais personne.
Je suis donc assuré que je serai éternellement heureux
parce que j’espère éternellement de l’être
et que c’est de vous, Ô mon Dieu, que je l’espère.

Je connais, hélas ! et il n’est que trop vrai,
combien je suis fragile et changeant ;
je sais ce que peuvent les tentations contre les vertus les mieux affermies ;
j’ai vu tomber les astres du ciel et les colonnes du firmament ;
mais toutes ces chutes ne peuvent m’effrayer ;
tant que j’espèrerai, je me crois à couvert de tous les malheurs,
et je suis sûr d’espérer toujours
parce que j’espère encore de votre libéralité cette invariable espérance.
Enfin, je suis intimement convaincu
que je ne puis trop espérer en vous
et que j’obtiendrai de vous
sera toujours au-dessus de ce que j’aurai espéré ;
ainsi, j’espère que vous m’arrêterez sur les penchants les plus rapides,
que vous me soutiendrez contre les plus furieux assauts
et que vous ferez triompher ma faiblesse de mes plus redoutables ennemis.

J’espère que vous m’aimerez toujours,
et qu’à mon tour, je vous aimerai sans relâche ;
et pour porter tout d’un coup mon espérance aussi qu’elle peut aller,
je veux espérer vous-même de vous-même, Ô mon Créateur,
et pour le temps et pour l’éternité.

Claude La Colombière

Invocation à Saint Michel

Merci à Jérôme pour son intention de prière
Sancte Michael Archangele,
defende nos in proelio,
contra nequitiam et insidias diaboli
esto praesidium.
Imperet illi Deus, supplices deprecamur :
tuque, Princeps militiae caelestis,
Satanam aliosque spiritus malignos,
qui ad perditionem animarum
pervagantur in mundo,
divina virtute,
in infernum detrude.
Amen.
Saint Michel Archange,
défends-nous dans le combat,
sois notre secours contre la Malice et les
embûches du démon,
Nous le demandons en suppliant :
que Dieu lui impose son pouvoir ;
et toi, Prince de la milice céleste,
par la Puissance divine,
repousse en enfer Satan
et les autres esprits mauvais
qui rôdent dans le monde
pour la perte des âmes.
Amen.

Sous l’abri de ta miséricorde

« Sous l’abri de ta miséricorde » est une prière catholique dédiée à la Vierge Marie. C’est la plus ancienne prière adressée à Notre-Dame (à l’exception du Magnificat). Son texte fut retrouvé sur un papyrus égyptien écrit en grec et daté du IVème siècle selon certains, du IIIe siècle selon d’autres ; on peut trouver écho aux paroles de cette hymne dans Cantique des cantiques 6,10, Esther 5,2-3 et Esther 9,22.

Merci à Jérôme pour son intention de prière
Sub tuum præsidium confugimus,
sancta Dei Genitrix.
Nostras deprecationes ne despicias
in necessitatibus,
sed a periculis cunctis
libera nos semper,
Virgo gloriosa et benedicta.
Amen.17 0210 Grotte Massabielle (modifié)
Sous l’abri de ta miséricorde,
nous nous réfugions,
Sainte Mère de Dieu.
Ne méprise pas nos prières
quand nous sommes dans l’épreuve,
mais de tous les dangers
délivre-nous toujours,
Vierge glorieuse,
Vierge bienheureuse.
Amen.

Prier avec Bernadette

Merci à Jérôme pour son intention de prière

Avec les mots des pèlerins :

Pour mettre dans vos pas mes pas trop hésitants,
s’il vous plaît, Bernadette, prêtez-moi vos sabots.

Ils sont pour moi un symbole, à la fois, de bon sens,
d’esprit de pauvreté et de simplicité.
Vous savez bien, hélas, que tout cela me manque.
S’il vous plaît, Bernadette, prêtez-moi vos sabots.

Vous alliez ramasser le bois qui fait la flamme
et réunit les hommes en les réconfortant.
Pour que je puisse aussi réchauffer ceux qui cherchent
ou sourire, ou parole, ou silence, ou soutien,
s’il vous plaît, Bernadette, prêtez-moi vos sabots.

Et s’ils sont trop petits, qu’ils me rendent modeste.
Que j’avance en sachant que je suis limitée,
avec des petits pas, des chutes, et des « relèves ».
S’il vous plaît, Bernadette, prêtez-moi vos sabots.

Pour suivre de Marie la route de confiance,
pour découvrir l’Eau Vive offerte aux assoiffés,
pour se rendre au repas où Jésus nous invite
afin de partager sa parole et son pain,
s’il vous plaît, Bernadette, prêtez-moi vos sabots.

Pour monter vers le Père qui m’attend et qui m’aime,
pour entrer dans la fête au bout du chemin,
après avoir marché, portant mes joies, mes peines,
tout en vous demandant de me donner la main,
s’il vous plaît, Bernadette, prêtez-moi vos sabots.

Marie-Louise Pierson

Prier avec Bernadette

Merci à Jérôme pour son intention de prière

Avec les mots de Bernadette :

«O Jésus donnez-moi je vous prie le pain de l’humilité,
le pain d’obéissance,
le pain de charité,
le pain de force pour rompre ma volonté et la fondre à la vôtre…
le pain de patience pour supporter les peines que mon cœur souffre …
le pain de ne voir que vous seul en tout et toujours»

« J’ai espéré en vous Seigneur.
Soyez ma maison de refuge car vous êtes ma force »

«Celui-ci me suffit… Jésus seul pour richesse»